Etudes près des industries

2009 - Caractérisation de l’impact d’AMCOR sur l’environnement, comparaison avec l’état initial de 2007

publié le : 5 mars 2010

L’entreprise AMCOR installée à Barbezieux-St Hilaire en Charente avait fait en 2007 une demande d’étude auprès d’Atmo Poitou-Charentes afin, dans un premier temps, d’évaluer l’impact de ses rejets à l’atmosphère sur son environnement. L’étude comportait une deuxième étape visant à ré-évaluer l’impact d’AMCOR, après que l’industriel ait installé un système de traitement de ses rejets atmosphériques. La première étape a été réalisée au travers d’une campagne de mesures réalisée en 2007 et suivie de la publication d’un rapport d’étude la même année.

Le présent rapport fait le bilan de la deuxième étape en comparant les résultats de la première campagne de mesures avec une seconde, réalisée en 2009. Les polluants ayant fait l’objet d’un suivi pendant cette deuxième étape sont les particules fines, les oxydes d’azote, l’ozone, l’éthanol et l’acétate d’éthyle.

Les concentrations en particules fines relevées en 2009 indiquent que les valeurs réglementaires applicables à ce polluant sont très probablement respectées à Barbezieux. Par ailleurs, elles mettent en évidence l’absence de source prépondérante dans la zone couverte par les mesures. AMCOR n’est donc pas une source visible d’émissions de particules fines.

Aucun problème vis-à-vis des valeurs réglementaires n’est observé concernant le dioxyde d’azote. Le comportement des oxydes d’azote montre que la principale source impactant ce polluant à proximité des sites de mesures est la circulation automobile. L’activité d’AMCOR n’émet pas en quantité suffisante ces composés pour avoir une influence visible.

Les périodes de l’année couvertes par les campagnes de mesures ne sont pas propices au bon suivi des concentrations en ozone par rapport aux valeurs réglementaires qui lui sont applicables. En revanche, comme aucune modification du comportement de ce polluant n’est observée, il est très probable que, sur une année complète, l’ozone suive le comportement général observable sur la région Poitou-Charentes.

Finalement, les mesures d’éthanol et d’acétate d’éthyle montrent que le fonctionnement du système de traitement des rejets atmosphériques mis en place par AMCOR a un impact positif. Les concentrations d’acétate d’éthyle sont réduites par un facteur de 2 à 4, et celles d’éthanol par un facteur plus ou moins égal à 8.